top of page
  • Sylvie Alice Royer

Les avantages d'une «retraite» pour apprendre la marche afghane


J'ai accompagné quelques groupes sur le chemin de la marche afghane dans différents environnements de retraite, notamment à l'étranger. Il s'agit toujours d'un moment exceptionnel, car les participants y vivent par défaut une dynamique essentielle entre toutes que les sportifs de haut niveau connaissent: le focus et le lâcher-prise. Ce sont deux précieux vecteurs d'apprentissage.


En effet, on a laissé derrière soi son quotidien, ses éventuels soucis. On est entièrement consacré à l'initiation, en l'occurence de la marche afghane. Lors d'une «retraite», on vit un changement complet d'environnement, dès lors l'obligation d'intégrer le principe «ici et maintenant» se fait plus pressant, car les mouvements réflexes, les conditionnements, voire les pensées habituelles sont improductives dans ce nouveau contexte. On est alors littéralement en expérience. Ça bouge autour de nous et en nous. On est vivant dans le sens profond du terme.


Et puis, il y a la puissance du groupe qui nous inspire et nous porte au propre et au figuré vers des sentiers inconnus. Dans cette ambiance à conquérir, des amitiés nouvelles éclosent, un autre regard est posé sur soi, sur l'autre, une sensibilité est renouvelée ou développée. On parle alors d'une amplitude de soi naissante. On s'expanse. Ainsi, paradoxalement, la retraite est une invitation à se rapprocher de soi-même. Oui, on retraite, mais du familier, des programmations chroniques pour se réconcilier avec l'Être. On focus sur le moment présent, on libère le potentiel.


Bonne retraite!


_________________

Certains instructeurs proposent occasionnellement des retraites de marche, ici ou à l'étranger. Ainsi, du 18 au 21 mai, Manon nous convie à une retraite tout confort au Spa Eastman dans les Cantons de l'Est, sous les auspices de la marche afghane, le yoga douceur et la méditation. Détail




157 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentar


bottom of page